06.62.35.58.56 I Psychotérapeute Praticien en Hypnose pascal.auvigne@gmail.com

Est-ce que la personnalité vous définit totalement, ou est-ce qu’elle est une enveloppe dissimulant votre véritable nature?

 

 

 

 

La personnalité peut être définie comme l’individualité consciente, mais ce mot comme en psychologie à de nombreuses significations.

Retenons cependant les points suivants sur lesquels la plupart des psychologues sont d’accord.

 

La personnalité

10174832-qui-tes-vous-la-question--l-criture-sur-une-note-verte-collante

Définition de la personnalité

 

En premier lieu, la personnalité se réfère aux aspects non cognitifs de la personne.  C’est-à-dire les émotions et la volonté, non l’intelligence et les aptitudes ;

Deuxièmement il concerne les comportements, c’est-à-dire ce qui fait qu’une personne se conduit de telle ou telle manière.

Troisièmement, il ne se rapporte pas aux dispositions relativement changeantes ou de peu de portée.

Le concept de personnalité comprend les dispositions générales relativement permanentes caractérisant la conduite d’un individu pendant une longue période.

Ce concept de traits et de type rendent aussi  compte  de ce genre de disposition.

Certains traits sont en corrélation avec les principaux types mis en évidence par la psychologie moderne qui sont l’introversion et l’extraversion et la stabilité émotionnelle.

Ils sont indépendants l’un de l’autre et un même individu peut présenter n’importe quelle combinaison des deux.

Par exemple, un type  introverti et stable, ou introverti et émotif, ou encore se situer dans une zone moyenne pour l’un ou pour les deux.

Les traits et les types de personnalité, comme les aptitudes mentales, ont partiellement une origine génétique.

 

 

Définition de la personnalité

Bien que l’influence du milieu ne soit pas nulle, les facteurs génétiques jouent un très grand rôle dans le degré d’extraversion-introversion ou d’instabilité émotionnelle d’un individu.

Les vrais jumeaux se ressemblent beaucoup plus que les faux jumeaux ; les enfants adoptés sont plus proches de leurs parents naturels que le leur parents adoptifs;

Au demeurant, bien que ceux-ci leur aient donné leur milieu de vie presque depuis la naissance.

Ces traits innés de personnalité interviennent dans le choix de certains types de profession et d’études universitaires ; ils déterminent vraiment une grande part du style de vie et du comportement.

Dans la personnalité intervient  encore les aspects affectifs, conatifs, et psychosomatiques de l’individu (sa constitution), la façon dont ils se manifestent.

Leur effet sur l’entourage? et le retentissement que cet effet entraîne en retour chez la personne concernée.

La personnalité est donc une totalité particulière déterminant l’adaptation originale d’un individu à son milieu, sa manière spécifique de se comporter, qui fait, de chaque être humain un individu unique, à nul autre pareil.

 

 

Définition de la personnalité

Pour certains auteurs, tels, que Ernst Kretschmer et W.H Sheldon la personnalité serait entièrement dépendante de la constitution physique héréditaire;

Pour d’autres, elle serait le produit des influences sociales, d’habitudes stables et résistantes au changement, ou de rôles sociaux (elle serait l’effort d’une personne pour assumer et harmoniser les divers personnages qu’elle amenée à jouer.

Ces positions opposées sont excessives. Elles ne sont ni uniquement sociale, ni uniquement biologique :

C’est l’ensemble structuré des dispositions innées et des dispositions acquises.

Sont sous l’influence de l’éducation, des interrelations complexes de l’individu dans son milieu, de ses expériences passées et présentes, de ses anticipations et de ses projets.

 

 

Définition de la personnalité

Tous ces éléments sont ordonnés par une structure que nous appelons le « Moi », qui leur donne une certaine stabilité, quoi qu’elle ne soit pas fixe et invariable.

Notre personnalité se transforme en effet de façon continue, sous l’influence de la maturation biologique, de l’âge, des expériences psycho-affectives, professionnelles etc.

On observe la première manifestation consciente de la personnalité chez l’enfant à l’âge de trois ans, lorsque, se posant, en tant que personne, il affirme son individualité en employant les pronoms « je » et « moi »

Ensuiteet,  vis-à-vis des adultes, il éprouve son pouvoir en contraignant leurs désirs.

Mais par la suite, ayant besoin d’un modèle pour intégrer un groupe d’appartenance, il s’identifiera à eux, calquant sa conduite sur celle de son père ou de sa mère, d’un de ces éducateurs ou d’un héros prestigieux.

Les conditions psychologiques jouent un rôle fondamental dans l’édification de la personnalité, rôle qui est au moins aussi important que les facteurs innés.

 

 

La personnalité

6542751-personnalit-b-timent-grues--tour-construction-3d-mot

Les types de personnalité

 

 

  •  Paranoïaque

Elle  se caractérise par une tendance à interpréter les actions des autres comme menaçantes ou humiliantes sans raison valable.

Ses principales qualités sont : le sérieux, le sang-froid, l’énergie, l’hyper-vigilance, la compétence, l’ambition.

Il possède aussi un sens de l’observation très fin, le sens des procédures et des relations hiérarchiques, un goût pour l’électronique.

Ses fragilités sont : la froideur, la manque d’humour, la difficulté d’intégration (égocentrisme) dans un groupe social, professionnel, à moins d’être ne position dominante (tendances moralistes, mégalomaniaques).

Puis un  manque de tendresse, de sentimentalité, la méfiance, la mise en doute de la fidélité (jalousie pathologique) sont monnaie courante.

Doute également de la loyauté ou de l’honnêteté des partenaires (conjoint, enfants, amis, associés, collaborateur…) Il refuse les critiques et les compromis. Il est obstiné rancunier et manipulateur.

 

 

  • Antisociale

Celle-ci se caractérise par un comportement antisocial et irresponsable ? Elle a du mal à assumer ses responsabilités (parentales et financières) et à conserver une activité professionnelle.

L’antisocial a du mal à se conformer aux règles, il réagit par des comportements agressifs (coups blessures sur conjoint, enfants, bagarres).

Prend parfois des risques inconsidérés (sexualité à risques, conduite en état d’ivresse, excès de vitesse, consommation excessive de « drogues »…)

Ses facteurs prédisposant sont souvent des mauvais traitements pendant l’enfance, une absence de référence parentale et des antécédents avant l’âge de 15 ans : (vols, vandalisme, bagarre, fugues…)

 

 

  •  Schizothymique

Quant à La personnalité schizothymique se caractérise par un manque d’adaptation dans les relations avec les autres.

On observe des  caractéristiques associées sont souvent des tendances anxieuses, dépressives et des traits de personnalité limite.

Ce qui le différencie d’un dépressif avéré, c’est des perturbations intellectuelles sur un mode de pensée persécutoire, et de confusion des idées.

Quant à  entretenir  des croyances bizarres (superstition, voyance, télépathie etc.) La singularité de son apparence, négligée et excentrique et son comportement avec gestes stéréotypés lui sont attribués.

Son langage, l’emploi des mots dans un sens inhabituel et son incapacité d’intégration dans la vie sociale et professionnelle sont ses handicaps.

 

 

  • schizoïde personnalité

La personnalité schizoïde se caractérise par l’indifférence aux relations sociales et  intrafamiliales (ce sont des solitaires) et la restriction du registre affectif.

Le manque d’entregent (habilité, adresse, à se faire valoir), de désir sexuel indifférence chez les hommes, passivité chez les femmes), de convivialité.

Avec le flou dans ses objectifs personnels et son indécision dans l’action et dans les situations d’urgence le caractérise.

 

 

  • Bordeline (état limite)

Trouble de la personnalité borderline se caractérise par une instabilité de l’image de soi, des humeurs et des relations (plus fréquent chez les femmes que chez les hommes).

Beaucoup de traits de personnalité leur sont associés ce qui rend difficile le diagnostic : histrionique, narcissique, schizothymique, et antisociale.

Les doutes concernant le préférence sexuelle, et les choix personnels (système de valeur, amitiés, partenaire…), des incertitudes quant à l’avenir sur le long terme et la  carrière ;

Une instabilité affective induit de changements d’humeur, des accès de colère, de dépression d’anxiété) ;

De sentiments chroniques de vide, d’ennui ou d’abandon, des comportements impulsifs et dangereux (dépenses excessives, abus de drogue, boulimies conduites suicidaires)

Aussi des excès dans les relations aux autres (alternance  d’idéalisation et de dévalorisation excessives), un manque de contrôle émotionnel, notamment de l’agressivité.

  • L’ hystérique

Peut se traduire essentiellement par une émotivité excessive et une recherche constante d’attention.

Ces personnalités sont assez intolérantes aux frustrations,  recherchent des satisfactions et des plaisirs immédiats ; Elles ne supportent pas la routine et ont besoin de stimulations, de sensations fortes.

Certaines  ont tendance à dramatiser (les problèmes personnels, de santé, professionnels…), le besoin permanent d’être rassuré (sentiments d’impuissance et de dépendance),

Besoin d’approbation, de gratifications. Elles n’ont peu d’intérêt pour les performances intellectuelles,  manquent de rigueur, de persévérance et sont facilement influençables.

 

 

  • Personnalité narcissique

La personnalité narcissique se caractérise par son manque d’empathie et sa sensibilité excessive au jugement des autres.

Souvent sont associés des traits de personnalité hystérique, limite et antisociale. Le narcissique surestime fréquemment ses capacités (sentiment que les choses lui sont dues.)

Jalouse et envie ceux qui réussissent mieux et qui font de grandes réalisations. Il a besoin d’être au centre  l’attention et recherche l’admiration.

Tendance à manipuler les autres pour arriver à ses fins et  se faire valoir. Il peut poursuivre des objectifs irréalistes, négocié dans les situations conflictuelles (réactions de rage) et a un manque de résistance à l’échec.

 

 

  • L’évitant

La personnalité évitante se caractérise par de la timidité et de la gêne dans les relations sociales.

Ressent fréquemment des sentiments de dépression, d’anxiété ou de colère contre lui-même à cause de l’échec à nouer des relations sociales. Il est souvent susceptible de développer des phobies particulières.

Manque d’aisance dans les contacts (peur de rougir, de montrer des signes d’anxiété, de dire des choses stupides…) Il a du mal à s’affirmer dans un groupe parce qu’il a peur de la désapprobation, professionnel

Peur de la critique, la réticence à se lier aux autres, l’inadaptation aux changements (exagération des risques et des difficultés potentielles.)

 

 

Le dépendant (e)

La personnalité dépendante est plus fréquente chez les femmes et se caractérise par un comportement soumis et par des traits de personnalité évitante, hystrionique, schizotypique ou narcissique.

On lui reconnaît des faiblesses de manque d’autonomie (incapacité à vivre seul).

Manque de confiance en soi, (besoin permanent d’être rassuré), de décision (se laisse dominer), la dépréciation des capacités et des qualités personnelles, la peur d’être rejeté et abandonnée.

  • Obsessionnelle compulsive

La personnalité obsessionnelle compulsive plus fréquente chez les hommes que chez les femmes se caractérise par un comportement rigide et de perfectionnisme.

Son sentiment dépressif et de colère lui sont fréquemment associés. Alors qu’il a une dévotion excessive dans le travail il a des difficultés à prendre des décisions (peur de commettre des erreurs).

A du mal à faire plaisir aux autres (manque de générosité, de manifestation de tendresse) Il ne délègue pas les responsabilités (les autres ne font pas assez bien).

N’arive pas à se remettre pas en question (conviction, rigidité, obstination), à faire des concessions, à s’adapter au changement (peur de ne pas stout contrôler).

 

 

  • Passive-agressive

La personnalité passive-agressive se caractérise par un mode général de résistance passive aux demandes de performances (dans les études, le travail, la vie privée, familiale).

Ses faiblesses : Son manque d’efficacité, à gêner le travail des autres, perdre du temps ; Il perd du temps, manque de fiabilité, de bonne volonté (boude, ergote, s’irrite quand on lui demande de faire des choses qu’il n’a pas envie de faire).

L’insuffisance des motivations (pessimisme), l’intolérance aux suggestions (réaction d’amour-propre), les récriminations (se plaint toujours que les autres aient des exigences insensées), les problèmes avec l’autorité (critique ou méprise les « supérieurs »).

 

 

  • La personnalité sadique

La personnalité sadique plus fréquente chez les hommes se caractérise par un mode général d’agressivité et dévalorisation d’autrui.

Sont souvent associés des traits narcissiques et antisociaux. Ses points faibles sont : le manque d’empathie, de convivialité, l’autoritarisme…

Lincapacité à soutenir les autres (dans la vie privée et sociale), à mener des négociations (dans la vie professionnelle).

 

 

Toutes ces personnalités empruntent aux autres des  traits similaires, et il est parfois difficile d’en avoir une appréciation juste. Mais des tendances majeures sont à retenir.

Votre personnalité change en fonctions des événements, de votre maturation intellectuelle et physiologique. Se juger uniquement en fonction de votre personnalité vous stigmatise et inhibent vos potentialités latentes.

Apprenez à voir au-delà des limites et de vos croyances personnelles. Vous êtes plus que votre personnalité, ce qui vous définit un jour, ne sera plus actualité le lendemain.

Vous jugez, c’est vous comparer avec ce qu’il y de mieux, ou de moins bon que vous, et vous place dans une position de compétition et d’hostilité…