06.62.35.58.56 I Psychotérapeute Praticien en Hypnose pascal.auvigne@gmail.com

Les troubles obsessionnels compulsifs ne sont pas immuables si les angoisses qui les sous-tendent sont analysées et traitées avec l’hypnose et la thérapie comportementale!

Les troubles obsessionnels compulsifs, les toc

Les troubles obsessionnels compulsifs

La névrose obsessionnelle est la plus structurée, la plus grave et la plus rare des névroses.

Son diagnostic repose sur l’existence de la triade : obsessions, compulsions, et rites.

Les obsessions sont caractérisées par l’irruption dans la pensée, d’un sentiment, d’une idée, d’une tendance, apparaissant au malade comme un phénomène morbide.

Ce phénomèe s’oppose  avec sa pensée consciente et persiste malgré ses efforts pour s’en débarrasser.

L’irruption dans la pensée, d’un sentiment, d’une idée, d’une tendance, obsessionnel persiste malgré ses efforts pour s’en débarrasser…

Selon Janet, c’est la faiblesse du Moi qui rend compte des activités rudimentaires de l’obsédé, incapable d’accéder à un niveau supérieur.

Pour Freud, et les psychanalystes, il se constitue une régression et une fixation au stade sadique-anal pour lutter contre les tendances libidinales du complexe d’Œdipe.

Le MOI se protège contre le SURMOI devenu cruel et rigide, par des mécanismes de défense : isolation, annulation, formations réactionnelles.

La pensée et les actes de l’obsessionnel visent à protéger contre l’angoisse et l’agressivité de ses affects.

Pour les comportementalistes, le développement et le maintien des troubles s’expliquent par l’apprentissage, l’habituation, le pseudo-conditionnement et un état d’activation pathologique.

Les troubles obsessionnels compulsifs

Les troubles obsessionnels compulsifs

T.O.C

Les obsessions qui  assiègent l’esprit se définissent par la  :

  • Survenue inopinée, indépendante de facteurs extérieurs ;
  • Tendance à l’automatisme de la vie mentale ;
  • Lutte intérieure intense du sujet pour essayer de les entraver ;
  • Conscience des troubles par le sujet.
Obsessions idéatives

Par  obsessions idéatives (ou « folie du doute »), les plus fréquentes et les plus typiques :

Il s’agit d’idées qui concernent des mots, des chiffres, des objets, une personne, une situation (n’a-t-il pas oublié de fermer la porte ou le robinet ?) est un concept plus ou moins métaphysique.

Obsessions phobiques

Les obsessions phobiques  sont de craintes spécifiques qui assaillent l’esprit du patient, en dehors de toute situation phobogène.

Les formes les plus fréquentes sont la crainte des maladies, des microbes, de la contamination, de la souillure ou de la saleté.

Pour lutter contre ces pensées angoissantes le sujet est conduit progressivement à pratiquer des rituels de lavage, de vérification, de plus en plus fréquente et contraignante (folie du toucher).

Obsessions compulsives

Comprenant les obsessions compulsives (ou phobie d’impulsion), le malade est assailli par la crainte angoissante d’être amené à commettre de façon irrésistible un acte absurde.

Acte immoral, auto-agressif (peur de se jeter sous un train ou encore de tenir des propos sacrilèges dans une église).

Ce passage à l’acte reste exceptionnel bien que retenu à grand peine.

Parfois, cependant, il arrive qu’il se produise de l’exhibitionnisme, kleptomanie entraînant un soulagement momentané.

Compulsions et  rites

La compulsion est un acte auquel le sujet se sent contraint, dont il reconnaît le caractère absurde, gênant et ridicule.

Il ne peut s’empêcher d’effectuer  des actes de façon itérative avec la formation d’un rite.

Le rite apparaît comme un moyen conjuratoire magique de lutter contre l’obsession.

Son accomplissement entraîne une réduction temporaire de l’angoisse alors que la tentative de résister engendre l’inverse.

Les compulsions les plus fréquentes sont les rites de lavage, les rites relatifs à la toilette et à l’habillement, l’onomatonie et l’arithmomanie.

Les troubles obsessionnels compulsifs

Les troubles obsessionnels compulsifs

La personnalité

La personnalité particulière

Il peut s’agir d’une personnalité obsessionnelle ou d’une personnalité psychasthénique ou encore la combinaison des deux.

La personnalité obsessionnelle

La personnalité obsessionnelle est marquée par le souci de l’ordre et de la propreté, l’obstination, voire l’autoritarisme, la parcimonie, voire l’avarice.

On rencontre aussi des variations de compromis entre les tendances au plaisir et les tendances à l’interdiction du plaisir.

La personnalité psychasthénique

Celle-ci se caractérise par une tendance, aux doutes, aux scrupules, à l’indécision.

Une tendance marquée à l’introspection, allant jusqu’à entraîner parfois des phénomènes de dépersonnalisation-déréalisation.

Fatigue permanente avec aboulie et utilisation fréquente de stimulants (tabac, café).

Les troubles obsessionnels compulsifs

Les troubles obsessionnels compulsifs

Evolution

La névrose obsessionnelle se cristallise le plus souvent à la puberté ou au moment ds périodes existentielles importantes.

Se constituant progressivement, l’affection évolue de façon progressive. Dans les cas les plus favorables, l’existence se structure sur un mode bureaucratique et monotone.

Dans les autres cas, l’angoisse n’a pu être jugulée malgré les mécanismes mis en jeu.

L’évolution classiquement chronique peut être l’objet de rémissions et de phases d’exacerbations conférant ainsi un caractère de pseudo-rythmicité aux troubles.

Le plus souvent, l’évolution est émaillée de complications graves.

Au demeurant le pronostic est fonction de l’importance de l’extension des troubles;

De l’importance de la structure obsessionnelle, de la gravité des tendances asthéniques et dépressives;

Du degré de lutte anxieuse, de la qualité de l’insertion socioprofessionnelle. Sont de meilleur pronostic les formes tardives, l’existence de traits hystériques.

Les troubles obsessionnels compulsifs

L’HYPNOSE

Traitement des TOC par l’hypnose et la thérapie comportementale

L’hypnose va agir sur des ancrages et des injonctions pradoxales et a recherche des angoisses refoulées.

Une désensibilisation systématique, arrêt de la pensée, exposition avec prévention de la réponse, et l’injonction paradoxale sont de bonne augure si patients et thérapeutes restent motivés.

Tarifs des consultations